Touareg V10

0 2344

Première mouture en 2003, le Touareg V10 dispose d’un couple de 76.5 mkg à 2000 tours. Pour 2 600 kg et 313 ch, une mécanique monstrueuse : un 10 cylindres de 5 litres, biturbo. Très proche en performances d’un V8 essence comme le BMW X5 4.4i ou le Mercedes ML55 ou encore son cousin Porsche Cayenne S, mais sans le principal inconvénient de la gargantuesque consommation et donc de l’autonomie très limitée. L’ensemble moteur boite est une pure merveille, la boite Tiptronic 6 rapports, on sent peine le passage des vitesses.

La liaison au sol est très bon, elle se rapproche d’un confort de conduite d’une grosse berline, tout comme le X5 d’ailleurs. La direction est précise, la suspension pneumatique est particulièrement efficace, gommant très bien les irrégularités de la route. Egalement silencieux et confortable le Touareg V10 procure de bonnes sensations. Les deux tonnes et demi mettent à mal le freinage, endurant il ne faudra tout de même pas en abuser.

Le niveau d’équipement est sans conteste quasi irréprochable mais il manque quand même quelques options. S’agissant du premier SUV haut de gamme de Volkswagen la finition laisse parfois à désirer, par contre le cuir est de très bonne facture, épais et solide.

Avec ce genre d’engin, le Volkswagen Touareg V10 TDI est une voiture à vivre autrement, les longues balades sont un vrai plaisir. Le Touareg V10 réussi à concilier la puissance brute d’un SUV essence à l’autonomie et la disponibilité d’un turbo-diesel.

Les capacités off-road du Touareg V10 ne sont pas en reste, bien au contraire. Les concurrents BMW X5 et XC90 sont à peine des tout chemins. Des équipements off-road de tout premier ordre avec une suspension pneumatique réglable jusqu’à 300 mm de garde au sol, verrouillage du différentiel central, anti patinage, aide à la montée, aide à la descente et en option, blocage du différentiel arrière.

Les pneus 18 p d’origine ne sont pas vraiment conçu pour le off road mais il est possible en second monte d’équiper votre Touareg v10 de pneus spécifique.
La nouvelle génération des 4×4 étant assistés par électronique il faut se laisser guider, ça fait merveille ! Sur terrain sec, le Touareg s’en sort allègrement, par contre dès que ça devient franchement gras le Touareg avoue ces faiblesses, mais rare sont ceux qui s’aventurent hors des sentiers battus lors d’un déluge.
Deuxième version en 2007, en quatre ans, plus de 300 000 Touareg auront été immatriculés dans le monde. Compte tenu des difficultés auxquels l’univers du 4X4 a du faire face le Touareg s’en sort très bien.

Il n’est pas facile de distinguer à première vue le Touareg 2007 de son devancier, le lifting est léger. On constate que la calandre s’affine et de que les optiques bi-xénon affirme une certaine sportivité. Vue de l’arrière,le design de l’engin est amélioré par un spoiler plutôt discret alors que les feux sont plus sombres. C’est incroyable mais Volkswagen à renouveler près de 2300 pièces.

La principale nouveauté mécanique ne concernait pas le marché français. Elle est réservée aux pays où le pétrole coule à flot pour alimenter le très gourmand huit cylindres essence FSI de 350 ch (couple de 440 Nm). En France, la gamme contenait le V6 FSI, puis le W12. Le R5, V6 et mais le V10 Tdi demeuraient largeur en tête des ventes. Ce dernier place haut la barre avec un énorme couple de 750 Nm dès 2 000 tr/min. Ses excellents performances avec un 0 à 100 km/h en 7,4 sec (231 km/h maxi) fait rougie plus d’une berline à vocation sportive. Lors de plusieurs essais effectuées lors de sa sortie la consommation était d’environ 13,5 litres. Face au motorisations essence le Touareg V10 s’impose incontestablement.

A bord du Touareg V10, le confort règnent les matériaux sont de bonnes qualités. L’espace aux jambes est royal et la sellerie de type confort était devenu optionnelle.Volkswagen soigne l’instrumentation en le dotant d’une meilleure lisibilité des informations en insérant un affichage 3D reprenant les fonctions de la navigation ou du Front Scan. Seul point noir au tableau, l’usage de ces données était devenu plus complexes.

Depuis sa commercialisation, le Touareg se distinguait de ses concurrents en jouant sur ses capacités 4×4 de franchiseur. En version off-road le Touareg V 10 est un régal. Sa suspension pneumatique lui donne une garde au sol de 300 mm, des angles d’attaque excellents, des conditions idéales pour franchir les obstacles. La transmission intégrale et permanente est pilotée par une boîte de transfert. Elle peut transmettre jusqu’à 100% de la puissance sur une seule des deux roues en cas de perte d’adhérence.

Cette seconde génération de Touareg a conforté Volkswagen dans sa quête au 4×4 haut de gamme. Toujours aussi original, motorisé d’un V10 Tdi redoutable d’efficacité, le Touareg v10 est un véhicule à utiliser dans toutes les circonstances.

ARTICLES SIMILAIRES

AUCUN COMMENTAIRE

Laisser un commentaire